SOLOLA


Département de Sololá 

Langue maya : kaqchikel 

Surface : 94 km 

Population : 307 661 habitants 

Jours de marché: mardi et vendredi 

Fête patronale : le 15 août, pour l'Assomption de la Vierge Marie. 



 

 

 

Sololá est actuellement le chef-lieu du département du même nom. On l'appelait autrefois « Notre- Dame de l'Assomption de Sololá » ou Tecpán Atitlán. 

 

La ville est située au cœur de Paltiplano, surplombant le lac Atitlán, dans un paysage grandiose balayé par les vents froids une bonne partie de l'année. 

 

Sololá, sur la route du lac, est un grand carrefour d'échanges commerciaux et un lieu très visité par les touristes, pour ses couleurs et ses tissages.



Le costume

Rares sont les communautés qui ont conservé le costume quotidien des hommes avec toutes ses caractéristiques (voir photo). D'ordinaire, les femmes tissent ces vêtements sur un métier de ceinture avec du fil de coton, mais elles y incorporent aujourd'hui des fils synthétiques, telle la viscose. 

 


La chemise 

 

Traditionnellement, les femmes l'élaborent avec 3 lés, décorés de motifs jaspés très simples. Jusque dans les années 1960, la chemise a conservé certaines caractéristiques pré-hispaniques, notamment dans le fait que les lés étaient unis sans être coupés. Toutefois, on y ajouta des manches confectionnées dans un tissu de couleur différente et dont on pliait les extrémités pour former les poignets (influence européenne). Actuellement, le tissu présente davantage de motifs jaspés et la coupe est l’oeuvre de tailleurs spécialisés. Des cordons blancs, surpiqués sur le tissu, dessinent des motifs en relief. Récemment, la chemise s'est dotée de fermetures Éclair sur le devant, à la place des boutons, et sur les cotés, pour fermer les poches. 

 

Le pantalon 

 

Autrefois, le pantalon était aussi simple que la chemise; actuellement le tissu est très voyant et broché de plusieurs motifs. Il est constitué de deux pans cousus ensemble et attachés à la taille par une ceinture. 

 

La ceinture 

 

La ceinture des hommes, très semblable à celle des femmes, est faite dans le même tissu et se compose des mêmes motifs brochés. Celle des hommes est un peu plus courte et se termine par des franges. 

 

La rodillera

 

Cette partie du vêtement est caractéristique de la région. C'est un rectangle tissé avec le métier droit à pédales. Il est en laine et présente des petits carreaux marrons (ou noirs) et blancs. Il est d'origine coloniale. Il se porte enroulé à la taille et maintenu par une ceinture tissée ou en cuir. 

 

Le morral 

 

C'est le sac de laine dans lequel les hommes transportent leurs affaires quand ils sortent de leur communauté, mais il est surtout utilisé pour emporter les repas aux champs. La façon de porter le morral souligne l'importance de son porteur. Aussi, au sein des confréries, seul le k'amol be' (ou guide) peut le porter sur son épaule droite tandis que les majordomes le portent sur l'épaule gauche ou le gardent autour du cou en le laissant pendre dans le dos. Les sans-grade le placent en travers en le passant par le cou. Ce sont les hommes qui le tricotent avec deux aiguilles fabriquées à partir de rayons de bicyclette effilés.