PATZÚN


Département de Chimaltenango 

Langue maya : kaqchikel 

Surface : 128 km2 

Population : 58 240 habitants 

Jours de marché: mardi, vendredi et dimanche 

Fête patronale : 20 mai, jour de la Saint Bernardin. 



                                                                                                                                                                                                                    

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

Patzún, qui signifie en kaqchikel « lieu des tournesols sylvestres », est situé à 84 kilomètres de Guatemala-Ciudad, capitale du pays. Ce village, d'origine préhispanique, fut nommé après la Conquête Pazón, Pazum, puis Pazún. 

 

La majorité de ses habitants se consacre aux travaux agricoles, cultive le mais, les haricots et le blé pour leur usage personnel et plus récemment les petits pois doux, ainsi que les brocolis pour l'exportation. 

 

Le 20 juin, on célèbre la fête du Saint patron, Saint Bernardin de Sienne. Lors de la Fête-Dieu les rues sont ornées d'arcs végétaux et recouvertes de tapis de fleurs et de sciures colorées pour accueillir le passage de processions.



Le costume

Les femmes de Patzun portent toujours le costume traditionnel quotidien et de cérémonie. Le costume quotidien comporte.

 


Le huipil 

 

Le huipil est constitué de deux morceaux de tissage fabriqués surle métier de ceinture et réunis au centre par une couture brodée à la main appelée randa. Cette broderie décorative est faite au point de feston très serré. Les morceaux de tissu sont à dominance rouge avec des rayures préalablement prévues dans la chaîne lors de l'ourdissage. Autour du cou sont brodés différents motifs : fleurs, losanges, qui symbolisent des plumes, et autres formes géométriques (voir photo).

 

La jupe

 

La jupe traditionnelle ou morga est bleue avec des lignes blanches qui se croisent pour former des carrés. Elle est enroulée autour des hanches et resserrée par deux plis latéraux. Elle est fixée à la taille par une ceinture. Aujourd'hui les femmes utilisent la jupe jaspée fabriquée sur le métier droit à pédales dans les villages de I"kident du pays qui diffusent ce même artisanat dans les marchés communaux (voir photo).

 

La ceinture

 

C'est la bande de tissu qui tient la jupe. Elle est longue et s'utilise de différentes manières. La ceinture traditionnelle est tissée sur le métier de ceinture avec des dessins géométriques, brochés, multicolores. Les ceintures modernes sont très variées, certaines avec des fleurs, comme à Comalapa, ou tout autre motif en fonction du goût de chaque femme.

 

Le châle (perraje)

 

Depuis quelques années les femmes de Patzún ont abandonné l'usage du su’t et l'ont remplacé par une étoile (thále) jaspée avec des franges de couleur Certaines le bordent de pompons comme celles des autres communautés du département 

 

La coiffe (tocado) 

 

La coiffure est utilisée par les femmes qui occupent des charges dans la confrérie. Elles tressent leurs cheveux avec des rubans en tissus unis, de couleurs vives. Après avoir terminé les tresses, elles les attachent autour de la tête de façon à laisser les extrémités des rubans à l'extérieur, à la hauteur du cou. Sur la coiffure elles portent un voile auquel on ajoute une serviette brodée appelée paya .Cette pièce de tissu est décorée de divers motifs animaliers, de volcans, ostensoirs, ayant tous un fort contenu symbolique et légendaire Elle se termine par trois pompons qui tombent au niveau du front et sur les côtés à hauteur des oreilles. Ces dernières années, les femmes utilisent des tissus du commerce pour remplacer le voile.



ACTIVITÉ PÉDAGOGIQUE

Objectifs et compétences :

• Décrire, dessiner et superposer les différentes parties du col du huipil. 

 

Techniques : peinture et collage 

 

Vocabulaire spécifique : Surface, lignes verticales, cercles concentriques, triangles, losanges, flèches, feuilles et ensembles de fleurs qui ressemblent à des pensées. 

 

Temps : 2 fois 30 minutes 

 

Matériel :

- gouaches de couleurs 

- pinceaux gros et fins 

- feuilles de papier de format 60 x 40 cm ou papier affiche rouge ciseaux 

- pochoirs de carton en formes de losanges de 3 cm de hauteur 

- colle 

- peinture blanche

 

Évaluation :

• Constater que l'élève a compris comment s'organisent les différents plans de peinture et de collage. 

• Apprécier le soin et l'application apportés dans la technique du collage.

 

ACTIVITÉ :

• Peindre un fond de couleur rouge avec un gros pinceau sur une feuille de format 60 x 40 cm (ou utiliser une feuille de papier affiche rouge). Quand la feuille est sèche, dessiner avec un pinceau fin les lignes verticales colorées du huipil (bleu, vert, jaune). 

• Dessiner sur le papier affiche trois cercles de 21, 15 y 9 cm de diamètre, les découper et les peindre avec des couleurs vives.

 

Premier cercle (21 cm) 

• Sur une feuille de papier, dessiner des fleurs de 3 cm de diamètre, les peindre et les découper. 

• Coller les fleurs les unes à côté des autres dans la partie extérieure du cercle. 

• Renforcer les contours et les détails des fleurs avec un trait de peinture blanche ou de couleur.

 

Second cercle (15 cm) 

• Sur une autre feuille, dessiner des triangles de 3 cm et les placer sur le cercle comme précédemment.

 

Troisième cercle (9 cm) 

• Sur le bord du troisième cercle, peindre des flèches de couleurs de 3 cm de large. 

• Une fois les 3 cercles terminés, les superposer dans l'ordre et les coller (concentriquement) au centre de la feuille. 

• Tracer des losanges en utilisant les pochoirs, les découper, les peindre et rehausser les bords avec un trait de peinture blanche. 

• Les coller à l'extérieur du cercle central (Observer que, dans le huipil, ces losanges symbolisent les plumes) 

 

Prolongements :

• Travailler les dessins au crayon, à la peinture au doigt, au feutre, au pastel, au pinceau ou à la gouache. 

• Avec de jeunes enfants, procéder étape par étape pour la peinture et le collage des modèles. 

- un fond rouge avec des raies

- une fleur de couleur vive collée sur un fond de couleur contrastée 

- une bande de flèches 

- une série de triangles de couleurs.