COMALAPA


Département de Chimaltenango 

Langue maya: kaqchiquel 

Surface : 76 km2 

Population : 48 597 habitants 

Jours de marché : mardi, vendredi et dimanche 

Fête patronale : du 24 au 29 juin, on fête l'apôtre Saint-Jean 



San Juan Comalapa est situé sur un plateau entouré de montagnes et de ravins. Durant la période préhispanique, le village se nommait en langue kaqchikel Chixot Chi est un lieu et xot signifie comal: disque de terre placé sur le feu et sur lequel on fait cuire les tortillas (crêpes de mais). L'agriculture est une activité économique importante car la terre est fertile et permet toutes sortes de cultures Depuis longtemps on y pratique également l'artisanat, dont le tissage Les boulangers fabriquent des petits pains et des biscuits ronds, troués, de couleur orange, dans la pâte desquels est mélangé de l'achiote ou rocou (Bixa orellana). Ces biscuits sont vendus dans toutes les foires de la région. 

 

Par ailleurs, de nombreux habitants s'adonnent aux activités commerciales et artistiques. C'est dans ce village en effet qu'est née la peinture naïve guatémaltèque, grâce au fameux André Curruchich, à la fin du XIXe siècle. Actuellement il existe d'innombrables galeries d'art ou l'on peut trouver des œuvres de styles très variés.



Le costume

Costume de femme:


Le huipil 

 

Le huipil traditionnel ordinaire, est formé de deux lés lissés indépendamment l'un de l'autre, sur métier de ceinture ou sur métier à pédales. Pour former le huipil, les lés sont cousus bord à bord à la main ou à la machine. 

Les dessins sont complexes et colorés. Ils sont formés d'une série de bandes alignant différents motifs géométriques ou zoomorphes Parmi ces deniers, on peut observer le jaguar (balam), la colombe le le dindon. Parmi les figures géométriques, se trouvent des losanges, des lignes obliques et d'autres qui lorsqu'elles sont combinées forment des représentations complexes aux significations particulières. En général, le motif principal est situé sur la bande centrale de la poitrine. Autour des années 60, ce motif appelé rupan plato - losange placé entre des pointes inversées (voir photo) - était le plus utilisé Plus tard, Il fut remplacé par des figures appelées marcador, lesquelles sont caractérisées par une grande diversité d'oiseaux et de fleurs. 

Près des épaules, on trouve une bande unie de couleur rouge vermillon ou carmin. On l'appelle rukreya en espagnol Ce détail identifie la communauté et malgré les modifications opérées au long des années. Il a été conservé jusqu'à nos jours Tous les dessins sont brochés avec du coton ou de l'acrylique 

 

La jupe 

 

La jupe est une pièce de toile de colon lissée sur métier à pédales. La majorité des jupes que les femmes portent sont jaspéesAutrefois, on utilisait à Comalopa la jupe appelée morga. C'est une jupe bleu foncé avec des rayures blanches horizontales 

 

La ceinture 

 

Elle est tissée sur métier de ceinture. Les dessins sont brochés et peuvent représenter des fleurs ou des figures géométriques 

 

La coiffe (tocado

 

Pour la réaliser les femmes utilisent un ruban du commerce et l'entrelacent avec la tresse. Ensuite elles le passent autour de la tête. Ce type de coiffe n'est plus utilisé que par les femmes âgées, car les jeunes préfèrent des coiffures modernes.

 



ACTIVITÉ PÉDAGOGIQUE

modèle de frise rupan plato

Objectifs et compétences :

• Reproduire un dessin de jaguar ou b'alam et une figure géométrique formée de losanges appelée « peigne ».

• Renforcer la perception spatiale et la latéralité.

• Perfectionner la technique de découpage.

• Apprendre à tordre le crépon pour faire des cordelettes.

 

Techniques: découper, coller, tordre, décalquer

 

Vocabulaire spécifique : b'alam.« peigne », tordre, axe de symétrie, losange, droite, gauche, centre, juxtaposer.

 

Temps : 45 min

 

Matériel par groupe :

• Ciseaux

• Règle de 30 cm

• Crayon à papier

• Bandes de papier crépon de 2 cm de largeur et de différentes couleurs

• Grande feuille cartonnée (bristol) de couleur rouge, de préférence évidée pour imiter le col du huipil

• Vernis brillant

 

Évaluation :

• Vérifier si les enfants connaissent bien le vocabulaire spécifique.

• Observer le respect des directions opposées des balam. le découpage minutieux et la juxtaposition des « peignes ».

 

Activité préliminaire : 

• Photocopier les modèles inclus sur feuille cartonnée de couleurs (voir modèles). 

• Préparer 4 feuilles cartonnées (bristol) et reporter, sur chacune d'entre elles, les divisions correspondant aux différentes parties de la décoration du huipil. 

 

Activité principale :

Découper et coller les « peignes» juxtaposés dans la partie réservée à cet effet 

• Diviser le groupe d'élèves en couples pour tordre les bandes de papier crépon, 2 par 2. Tordre en sens contraire afin de réaliser les cordons bien serrés 

• Coller les cordons sur la partie basse de la feuille cartonnée. 

• Découper les « peignes » et les b'alam, puis les coller sur le huipil en respectant leur sens comme sur le modèle : au centre du plastron du huipil, deux b'alam se tournent le dos et « marchent » ensuite en sens contraire jusqu'aux emmanchures (axe de symétrie central).

• Vernir le collage au spray ou au pinceau et laisser sécher. 

 

Prolongements :

• Le dessin de la bande centrale du huipil de Comalapa est différent selon le statut de la personne qui le porte. Cette frise est appelée rupan plato. Les élèves peuvent la reproduire.